Le moteur électrique d’un VAE (vélo à assistance électrique) sert à assister votre pédalage, pas à le remplacer. C’est exclusivement le pédalage qui déclenche l’assistance électrique. Vous êtes donc réellement actif sur votre vélo… que vous pouvez emmener au-delà de 25 km/h.

En pratique, si vous ne voulez pas perdre votre vitesse, vous devez pédaler régulièrement pour ré-engager l’assistance électrique. L’assistance se coupe automatiquement à 25 km/h (la limite autorisée pour ce type de véhicule). Et, bien sûr, vous pouvez rouler à plus de 25 km/h, mais sans assistance.

Il existe aussi, depuis quelques années, d’autres VAE pouvant atteindre 45 km/h avec assistance. En bon français, on appelle cela des speed bikes. Considérés comme des cyclomoteurs (de moins de 50 cc), ils sont soumis à la réglementation routière régissant ce type de véhicules : port du casque obligatoire, interdiction de circuler sur les pistes cyclables (au même titre que tous les autres cyclomoteurs), immatriculation obligatoire (carte grise).

La directive européenne 2002/24/EC stipule que, pour être autorisé sur la voie publique en tant que vélo, le vélo à assistance électrique doit être homologué. Trois critères principaux régissent cette homologation :
– l’assistance ne doit se faire que si le cycliste pédale, et se couper dès l’arrêt du pédalage
– l’assistance ne peut fonctionner au-delà de 25 km/h
– le moteur de 50 volts maximum ne doit pas développer une puissance supérieure à 250 watts
Le VAE ne doit disposer d’aucune commande de démarrage du moteur par poignée ou bouton ; l’assistance électrique ne doit pas pouvoir être mise en marche autrement que par pression sur le pédalier.

Par ailleurs, le VAE doit disposer des caractéristiques techniques obligatoires pour tout vélo relativement à l’éclairage, au freinage… Quant à son système électrique, il doit être conforme à la réglementation sur les systèmes électriques embarqués. En France, ce sont les services de la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire) qui sont chargés d’homologuer les vélos à assistance électrique.

Lorsqu’un VAE correspond à l’ensemble de ces critères obligatoires, il est alors considéré comme une simple bicyclette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *