Faut-il immatriculer un vélo électrique ?

Le vélo électrique ne requiert pas d’immatriculation tant que son moteur ne développe pas plus de 250 W. Seuls les vélos disposant d’une assistance plus puissante nécessitent une immatriculation.

En France, seuls les vélos électriques dont l’assistance électrique développe plus de 250 W sont considérés comme des cyclomoteurs. Ils doivent par conséquent être immatriculés… à condition d’être immatriculables, c’est-à-dire d’avoir un certificat d’homologation pour circuler sur la voie publique.

Ces vélos rapides (ou speed bikes) se distinguent par une motorisation développant généralement entre 350 et 500 W. Leur assistance reste activée au-delà de 25 km/h et ne s’interrompt qu’à 45 km/h.

L’homologation de ce speed bike doit être garantie par le fabricant, qui livre obligatoirement ses speed bikes accompagnés d’un certificat de conformité CE (un formulaire de couleur verte). Le cas échéant, ce véhicule ne pourra pas être immatriculé et sera interdit de circulation sur la voie publique.

Tout comme avec un cyclomoteur, le propriétaire ne pourra utiliser son speed bike qu’à condition de détenir un certificat d’immatriculation et d’avoir fixé une plaque à l’arrière du vélo.

Liste des pièces nécessaires pour l’obtention du certificat d’immatriculation

Un justificatif d’identité en cours de validité : carte nationale d’identité française ou étrangère ; permis de conduire français ou étranger ; carte d’identité ou carte de circulation délivrée par les autorités militaires françaises ; passeport français ou étranger ; carte de combattant délivrée par les autorités françaises ; carte de séjour temporaire, carte de résident, certificat de résident de ressortissant algérien, carte de ressortissant d’un état membre de l’Union européenne ou de l’espace économique européen.

Un justificatif de domicile : par exemple un titre de propriété ; un certificat d’imposition ou de non imposition ; une quittance de loyer, de gaz, d’électricité ou de téléphone (y compris de portable) ; une attestation d’assurance logement.

Le document original de votre facture, sur lequel aucune date de mise en circulation ne doit figurer.

Le certificat de conformité CE, transmis à l’acheteur par le magasin qui vous vend le speed bike. Sur ce certificat de conformité figure un numéro d’identification du véhicule (Vehicle Identification Number) qui vous sera demandé.

Enfin, la demande de certificat d’immatriculation Cerfa n°13750*03 (que vous pouvez télécharger sur http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F10293.xhtml ). Afin de gagner du temps, certaines préfectures organisent leur service d’immatriculation avec un système de prise de rendez-vous sur Internet. Pensez à vérifier si cette prise de rendez-vous est possible sur le site internet de la préfecture dont vous dépendez.

Après l’immatriculation

Un vélo de type speed bike doit être assuré et être toujours utilisé avec un casque homologué cyclomoteur.

Enfin, il faut se souvenir que le speed bike, n’étant plus strictement un vélo, n’est pas autorisé à circuler sur les pistes cyclables.

Les vélos électriques Stromer chez AC-Emotion Paris

Paris à vélo ? Pour gagner du temps avec plaisir…

Paris à vélo, ça ne vous semble pas réaliste ? Mais savez-vous que la vitesse moyenne du trafic automobile à Paris (intramuros) est de 16 km/h ? Ce qui relativise l’intérêt de prendre sa voiture. Avec un deux-roues, on fait facilement mieux. Le vélo à assistance électrique s’avère performant plus encore que le deux-roues thermique… lorsque les pistes cyclables sont (réellement) praticables.

Comme utilisateurs de vélos électriques en tout genre (urbain, VTT, tout-chemin, pliant à roues de 20″, avec moteur au pédalier ou moteur dans la roue), nous savons que l’assistance électrique ne permet pas seulement de gagner ponctuellement quelques petites minutes par rapport à un vélo mécanique mais qu’elle permet d’utiliser plus souvent et plus longtemps sont vélo en ville. Parce qu’on fatigue moins et moins vite (voir pas du tout si l’assistance est sur réglée sur son plus haut niveau).

Paris à vélo ?

Paris à vélo ? Deux fois plus rapide

Pour bien comprendre le peu d’intérêt, désormais, de se déplacer dans Paris uniquement avec son automobile personnelle, il suffit de quelques simulations réalisées avec l’outil de recherche d’itinéraire de Google Maps. Faites l’expérience.

Voici, mis en parallèle, le résultat d’une recherche d’itinéraire : de la Gare du Nord à la Place du Châtelet, à vélo puis avec une voiture particulière (pas un taxi). Sans commentaire.

Paris à vélo. Résultat Google Maps pour un parcours Gare du Nord - Place du Châtelet à véloDe la Gare du Nord à la Place du Châtelet en automobile personnelle... Alors pourquoi pas Paris à vélo ?

 

 

Un plaisir pas simple mais bien réel

Bien entendu, il ne s’agit pas de dire que tout devient simple à vélo. Il faut être toujours d’une grande vigilance lorsqu’on circule en ville ; et notamment en région parisienne où la place accordée à ce mode de déplacement est, en 2017, notoirement insuffisante. Certaines communes et certains arrondissements n’ont quasiment développé aucune infrastructure dédiée au cycle. Et d’une manière générale, les parkings (vidéo)surveillés sont encore largement inexistants, même si on annonce depuis peu des partenariats avec la SNCF pour de tels espaces aux abords des gares.

On aimerait pouvoir tirer un meilleur bénéfice de la facilité de se déplacer à vélo en ville ; en particulier à Paris (…où la place est chère). Néanmoins, lorsque l’on a une solution de garage chez soi et au travail, on a alors écarté le plus gros problème : on peut pratiquer sans crainte le vélotaf et même utiliser un vélo bien équipé (dont le prix dépassera souvent les 2000 €).

Le plaisir de se déplacer à vélo, vous le connaissez. Inutile d’en dire plus. D’ailleurs chacun à ses propres raisons d’aimer le vélo. Et si vous ne savez quel vélo aimer, passez donc chez AC-Emotion ! Nous trouverons ensemble le vélo qu’il vous faut.

AC-Emotion Bastille, au 7 boulevard Beaumarchais (Paris 4e)